Menu

Ice cream
made with food

Ingrédients:

Vente en direct à l’atelier

S'agissant d'un atelier et non d'un point de vente, nous ne pouvons garantir d'heures d'ouvertures. L'idéal est par conséquent de nous appeler avant de passer.

Rue Champ du Roi 66
1040 Bruxelles - Belgique

Tel : +32 2 734 58 26
Email : hello@sikou.be

Contrôlé par Certisys BE-BIO-01

Vanille infusée
A partir de gousses de vanille entières de Madagascar, infusées dans la préparation (nous n’utilisons pas d’arôme de vanille).
Ingrédients: Lait* cru entier de fermes wallonnes pasteurisé à notre atelier, sucre de canne* semi-raffiné, crème* crue de fermes wallonnes pasteurisée à notre atelier, jaunes d’œufs* frais belges, lait écrémé* en poudre, vanille* en gousses (1%), farine de caroube*.
*Produit issu de l’agriculture biologique.
Café grains
Nous retorréfions nos grains de café entiers en atelier avant de les moudre afin d’en exalter l’arôme naturellement.
Ingrédients: Lait* cru de fermes wallonnes pasteurisé à notre atelier, sucre de canne* semi-raffiné, crème* fraiche crue de fermes wallonnes pasteurisée à notre atelier, jaunes d’œufs* frais belges, lait écrémé* en poudre, café* de Kivu (1%), farine de caroube*.
*Produit issu de l’agriculture biologique.
Chocolats d'origines
Mélange de deux chocolats achetés en commerce équitable, l’un d’Equateur en provenance de la coopérative CECAO et l’autre de Sao-Tomé en provenance de la coopérative CEAB.
Ingrédients: Lait* frais de fermes wallonnes pasteurisé à notre atelier, sucre de canne* semi-raffiné, crème* fraiche de fermes wallonnes pasteurisée à notre atelier, chocolats d’Equateur (cacao 80%) et de Sao Tomé (cacao 66%), jaunes d’œufs* frais belges, lait écrémé* en poudre, farine de caroube*.
*Produit issu de l’agriculture biologique.
Caramel beurre salé
Nous réalisons notre caramel en atelier.
Ingrédients: Lait* cru acheté en direct dans des fermes wallonnes et pasteurisé à notre atelier, sucre de canne* semi-raffiné, crème* fraiche crue achetée en direct dans des fermes wallonnes et pasteurisée à notre atelier, jaunes d’œufs* frais belges, lait écrémé* en poudre, beurre* de baratte, sel, farine de caroube*.
*Produit issu de l’agriculture biologique.
Spéculoos tradition
Recette traditionnelle du spéculoos. Notre spéculoos est une fabrication belge.
Ingrédients: Lait* cru de fermes wallonnes pasteurisé à notre atelier, sucre de canne* semi-raffiné, crème* crue de fermes wallonnes pasteurisée à notre atelier, Speculoos* belge 9% (farine complète*, farine blanche*, sucre de canne roux*, graisse végétale* non hydrogénée, miel*, farine de soja*, cannelle*, bicarbonate de soude), jaunes d’œufs* frais belges, lait écrémé* en poudre, farine de caroube.
*Produit issu de l’agriculture biologique.
Sorbet Fraises
Contient minimum 50% de fraises.
Ingrédients: Fraises*, eau, sucre de canne* semi-raffiné, farine de caroube.
*Produit issu de l’agriculture biologique.
Sorbet Lait d'amandes blanches
Alternative intéressante pour les personnes allergiques au lactose, avec une texture proche de la crème glacée et sans l’acidité des fruits.
Ingrédients: Eau, sucre de canne* semi-raffiné, amandes blanches*, farine de caroube*.
*Produit issu de l’agriculture biologique.

Notre histoire, nos rencontres.

Sikou, c’est une longue histoire qui a connu ses déboires et ses succès. En sommes, la vie d’une entreprise est rarement très différente de celle des hommes.

L’histoire débute en 2009. Sikou est alors, un petit restaurant Bio comportant un présentoir de glaces maison, confectionnées par l'artisan Bruno Lai. En 2011, le petit restaurant est en faillite. Bruno doit alors revendre sa maison pour honorer ses dettes, mais ne s’en laisse pas compter, retrousse ses manches et cherche à faire reprendre son atelier de fabrication de crèmes glacées.

Un petit groupe d’investisseurs privés est réuni. Ils sont séduits par la qualité, mais surtout par la philosophie qu’elle sous-tend. En 2012, l’atelier est racheté à la curatelle, de même que le nom du magasin (Sikou). Ils associent Bruno et relancent l’atelier et la distribution en pot de 500ml exclusivement. Le plan de relance tient alors en 8 pages. A l’heure où je vous écris ces lignes, ces même 8 pages régissent encore les rapports entre les associés et n’ont pas changées d’une virgule.

L’atelier qui approvisionnait le magasin de Saint Gilles est rapidement déménagé d’Anderlecht à Etterbeek et la nouvelle distribution débute en février 2013, dans des pots sobres, en marge des packaging flashis que l’on retrouve habituellement en rayon, pas de marketing agressif, pas de bullshit, une communication informante et un ton franc et direct. La marque Sikou dit ce qu’elle fait, mais aussi, voire surtout, ce qu’elle ne fait pas. Pour le reste, le consommateur est laissé seul juge, sans boniments commerciaux ni superlatifs.Ainsi, vous ne lirez, ni n’entendrez jamais chez nous des termes bidons du type « véritable grains de café », « savoir-faire unique », « goût exceptionnel », « maître glacier », « saveurs sublimées », …. Nous respectons nos clients, sans les prendre pour des ânes que l’on duperait sans vergogne.

Le pari initial est de rendre accessible au plus grand nombre, une glace de qualité au sens de l’artisan, sur un marché jugé décevant. La certification Bio, elle, allait sans dire car elle était dans l’ADN de Sikou depuis l’origine et s’imposait comme une conséquence logique à la démarche, plus que comme un objectif à atteindre. Ceci vaudra notre slogan, lâché un peu malgré nous au cours d’une interview : « Sikou, c’est la crème glacée à base d’aliments ». Lisez notre liste d’ingrédients, et puis comparez-la avec celles des concurrents. Vous comprendrez très vite toute la signification de ce qui paraît, ou devrait être, une évidence.

Les recettes n’ont pas changées. La production pour sa part, a été une vraie gageure pour conserver les méthodes de travail de Bruno : lait cru et crème crue, prix non négociés avec les fermiers, parfums réalisés dans la cuisine de l’atelier, matières premières brutes et nobles, pas ou un minimum transformées hors de nos ateliers. Bref, l’objectif était de réaliser des crèmes glacées et des sorbets dans les règles de l’art, au sens du bon artisan.

Le succès est immédiat et après 3 an plus tard, Sikou est présent dans l’ensemble des épiceries spécialisées Bio de Belgique, dans quelques centaines d’épiceries de proximité, ainsi qu’en France.

Bien sûr, l’entreprise rencontrera encore bien des écueils, mais aujourd’hui nous avons concrétisé une idée qui s’est mue en certitude : le secteur agroalimentaire est en crise et nous consommateurs, en sommes conscients. Les produits de qualité ont un avenir face aux hyper industries agro-alimentaires et aux pratiques des ingrédients cachés ou suspects.

Nous espérons que les consommateurs se déshabituerons d’une alimentation médiocre et d’un budget alimentaire réduit à la portion congrue, comme si tout ce qui était à vendre en magasin devait être appréhendé avec la même crédulité et sans le moindre discernement.

Si nous devions définir la marque Sikou, nous dirions qu’il s’agit de crèmes glacées et de sorbets réalisés dans les règles de l’art au sens du bon artisan.

Nous dirions aussi qu’il s’agit de crèmes glacées à base d’aliments, sans trop savoir s’il faut en rire ou en pleurer.

Le pathétique constat est que notre critère différenciant est de faire de la crème glacée dans les règles de l’art et sans chimie alimentaire, et avec des produits conformes à ce que la nature produit, tout simplement : la crème est de la crème et non du beurre et de l’eau ou des succedannés de matières grasses de toutes natures, le sucre de canne est du sucre de canne et non des édulcorants, la vanille est de la vanille et non des arômes,...

Ce que font nos concurrents sont des choses congelées au goût sucré, c’est tout ce dont nous pouvons être certain…

Mais assurément pas de la crème glacée, foi de glacier.

Du lait et de la crème crus de ferme. Quel intérêt ?

L’objectif premier est d’obtenir un produit fini à « haute qualité nutritionnelle », encore riche des nutriments essentiels originels de la matière première, tels que les ferments lactiques, les sels minéraux ou les vitamines.

Le second objectif est d’éviter tant que faire se peut, les altérations inutiles de la structure moléculaire naturelle de nos matières premières en général, en des produits laitiers en particuliers, puisque ces derniers constituent plus de 75% du produit fini.

Nous rencontrons ce double objectif en travaillant à partir de matières premières brutes, dites « intègres », c’est-à-dire pas ou un minimum transformées hors de nos ateliers et en recourant à des procédés de fabrication réfléchis.

Nous ne travaillons donc pas à partir de poudre de lait, ni de poudre de chocolat ou de poudre d’œufs du reste, mais nous travaillons avec du lait frais et de la crème fraîche, qui, de surcroît, sont achetés directement à la ferme et non dans une laiterie. Ils ne sont donc pas traités en laiterie pour une conservation longue durée puisqu’ils se destinent à être glacés (pas de traitement UHT, pas d’homogénéisation par micronisation du lait, pas de standardisation du lait ni de la crème).

En effet, l’intégrité structurelle et l'intérêt nutritionnel de matières premières lyophilisées ou du lait traité par l’industrie laitière, sont discutables.

Pour obtenir le lait « longue durée » conservation que l’on connaît en brique, les laiteries lui appliquent des traitements, en l’occurrence un traitement UHT pour sa longévité bien connue, une homogénéisation par micronisation pour interrompre le phénomène de division du lait en couches (crème, petit lait, eau, matière grasse, …) et pour que nous n’ayons plus à secouer notre brique de lait avant ouverture et une standardisation pour obtenir un lait invariable contenant toujours une même quantité définie de matière grasse (3,5% de matière grasse de lait pour le lait entier, moitié moins pour le demi-écrémé, etc…).

Or, si ces traitements donnent à tous accès au lait et à la crème via les réseaux de distribution tout en et répondant aux ukases de standardisation de la grande distribution, ce n’est pas sans conséquences sur les nutriments essentiels originellement présents dans le lait et sur sa structure moléculaire. Ces traitements sont dommageables et ne se justifient plus dans la fabrication de la crème glacée, puisqu’elle est figée par la surgélation, ce qui solutionne les problèmes de longévité et de division. Quant aux souhaits prétendus des consommateurs d’exiger des produits standards, nous n’y croyons pas beaucoup. Si le consommateur admet un effet saisonnier sur les fruits et les légumes de fin et de début de saison, pourquoi ne le comprendrait-il plus pour le lait des vaches ?

Chez Sikou, l’unique traitement appliqué au lait cru et à la crème crue de ferme, est une pasteurisation, plus douce et plus adéquate au regard des spécificités de la crème glacée.

« L’absence de traitement UHT et de micronisation donnent également des produits mieux tolérés par nos organismes. La micronisation des produits laitiers par exemple, peut être source de crampes intestinales chez certains sujets. Au même titre que nous veillons à ne pas déstructurer la structure des aliments, nous ne faisons pas non plus de chimie alimentaire, juste de la crème glacée avec quelques ingrédients, les plus simples, les plus lisibles et les plus conformes possible à ce que la nature produit ».

Bien entendu, le recours au lait et à la crème de ferme est plus complexe et délicat à gérer que l’utilisation de poudres ou de beurre re-dilué à l’eau, et cette complexité a des répercussions sur le prix de nos produits. En effet, cela nous contraint à travailler à flux tendu, et le lait acheminé le matin est transformé en crème glacée dès le lendemain.

Mais le résultat est un produit fini résolument plus transparent, plus digeste et à « haute qualité nutritionnelle ». Il s’agit là de la marque de fabrique des produits Sikou.

Il s’agit d’un parti pris, le nôtre, et du choix que nous proposons à nos clients ; celui d’appréhender leur alimentation, leur carburant, autrement que sous l’angle unique de la donnée « prix », mais plutôt en terme de cherté eu égard à la contrepartie du prix : la qualité nutritionnelle et le risque sanitaire inhérent à l’opacité des composants, des implications méconnues de leur manipulation sur nos organismes, et de leurs origines.

L’utilisation de sucre de canne semi-raffiné, d’œufs frais, de gousses de vanille entières, l’exclusion de tous arômes, fûssent-ils naturels, la fabrication du caramel dans nos ateliers, l’utilisation du stabilisateur naturel qu’est la farine de caroube*, participent de la même volonté de conserver la structure, la transparence et la « haute qualité nutritionnelle » de nos matières premières.

Pas d'ersatz de produits.

Un ersatz est un sous-produit, de qualité moindre et généralement de moindre coût. Chez Sikou, nous ne transigeons pas sur le coût des matières premières et par voie de conséquence, nous ne remplacerons pas un ingrédient pour un autre de moindre qualité pour réduire le coût de revient. Ceci justifie le prix de nos crèmes glacées et de nos sorbets.

Toujours dans cette optique de réaliser des produits finis à « haute qualité nutritionnelle », nos recettes sont réalisées à partir de peu d'ingrédients différents, simples et connus de tous.

Ainsi, notre Vanille infusée est composée de 7 ingrédients différents (Lait cru bio, sucre de canne semi-raffiné bio, crème crue bio, jeune d’œufs frais belges bio, lait écrémé en poudre (- de 3% pour le besoin de matière sèche), gousses de vanille entières de Madagascar (Bourbon), farine de caroube). Nous n’utilisons pas non plus de beurre redilué avec de l’eau, mais bien exclusivement de la crème fraîche, s’agissant jusqu’à preuve du contraire de « crème » glacée. 100% de la vanille est cuisinée dans nos ateliers à partir de gousses entières, excluant le recours à tout autre arôme, de vanille ou autre. Il en est de même de notre caramel, qui est intégralement cuisiné dans nos ateliers, de nos grains de café retorréfiés chez nous, …

Les recours à des sous-produits, des additifs, des arômes, fussent-il naturels, ou à des procédés comme l’adjonction artificielle d’air visant in fine à une réduction du coût de revient, sont proscrits chez nous. Ainsi, vous ne lirez jamais sur les étiquettes de nos crèmes glacées des noms tels que : édulcorant, maltitol (E965), glycoside, eau, arôme, maltodextrine, lécithine de soja, poudre de cacao, masse de cacao, mono et diglycérides d’acides gras, sirop de glucose, matière grasse laitière, lait concentré, lait réhydraté, protéine de lait, colorant rouge de betterave, …

Ici encore, il s’agit de notre marque de fabrique et nous souhaitons faire savoir que les consommateurs qui feront le choix des produits Sikou, auront cette forme de garantie : une marque qui travaille avec cette philosophie, celle de ne pas raisonner sur une logique de prix de revient, mais bien de qualité nutritionnelle et sans chimie alimentaire, en recourant à des recettes simples et des matières premières naturelles, pas ou un minimum transformées hors de nos ateliers, et connues de tous.

Pas d'ajout d'air.

A l'instar de la saumure dans les jambons, il n'est pas rare de voir l'adjonction d'air, de beaucoup d'air, dans les glaces et les sorbets industriels.

Bien entendu, le changement d'état du liquide vers le solide dans le processus de fabrication des glaces ou des sorbets implique un accroissement naturel du volume final. On compte un gonflement du volume de l'ordre de +/- 10% pour la crème glacée et 15% pour les sorbets. Ce phénomène est ce que nous appelons le foisonnement naturel.

Les procédés de fabrication des glaces et des sorbets permettent aujourd'hui, d'ajouter de l'air dans la préparation. On peut y voir une recherche de texture particulière, chez les fabricants de glaces haut de gamme. Le ratio se situe alors aux environs de 800gr/litre. Passé un certain pourcentage, on y voit autre chose…

Vous pouvez vous rendre compte de l'ajout d'air artificiel dans les glaces que vous achetez, en regardant le ratio poids/volume, e.g. 500ml/430 gr. Chez Sikou, ce ratio se situe entre 800 et 860gr/litre.

 

Si le poids ou le volume n'est pas mentionné, il doit s'agir d'un oubli…

Qu’est-ce que le contrôle BIO?

La certification Bio apporte à nos clients la garantie d’une origine agricole, naturelle, (et donc non chimique) de nos matières premières, excluant de fait tout OGM, pesticide ou herbicide chimique, fertilisant de synthèse ou boue d’épuration, et assure également une agriculture basée sur la rotation des terres et un plus grand respect environnemental et animal.

Concernant les élevages (nos vaches), la certification garantit qu’aucun antibiotique préventif ni aucune hormone de croissance n’a été administrés au bétail et que ce dernier n’a pas été nourri de farines animales. Enfin, celui-ci doit par ailleurs avoir disposé de lumière, d’air et d’espace suffisants pour pouvoir bouger naturellement. Nos vaches disposent, elles, d’étendues de prairies énormes et ce, de février à novembre. Et d’un train à l’horizon, pour se distraire... Celles-ci figurent sur notre site Internet de même que Louis, l’un de nos fermiers.

La certification Bio peut-être obtenue à partir de 95% de composants Bio. Chez Sikou, toutes nos recettes sont certifiées 100% Bio. D’un point de vue plus pratique, ce contrôle consiste en deux contrôles annuels minimum, l’une sur rendez-vous, l’autre de façon inopinée. Nous devons alors démontrer les produits utilisés, leur stockage sans risque de contamination, nos factures d’achat qui doivent correspondre à nos ventes, l’efficience de notre système de traçabilité, le contrôle que nous faisons sur nos fournisseurs bio,…etc. Ce n’est pas une partie de plaisir, mais nous y sommes favorables. Maso et favorables…

Mais la certification Bio n'est pas suffisante en soi pour garantir de bons produits finis. La certification Bio garantit le respect d’un cahier des charges au terme duquel, il est établi que le produit est sain, d'origine naturelle et fabriqué à partir de matières premières qui ont été produites dans le respect de notre environnement et de l’animal, mais pas qu’il soit réalisé dans les règles de l’art et sans succédanés. Car il existe de bons produits finis Bio et de mauvais produits finis Bio, comme pour tout produit.

Cet amalgame a souvent été fait. A vrai dire, d’un point de vue organoleptique (gustativement) c'est parfois le produit industriel non Bio, qui paraîtra 'plus goûteux' que le produit Bio, compte tenu de l'utilisation d'adjuvants, d'exhausteurs de goût, de sucre, de sel ou de matière grasse ajoutés que l'on retrouve généralement dans la grosse industrie alimentaire, et que les artisans Bio auront une propension à écarter. De fait, si les produits Bio peuvent apparaître parfois comme étant moins 'goûteux', ils sont résolument conformes au goût originel du produit, sont plus sains et plus respectueux de l’environnement et de l’animal.

Achat en direct à la ferme.

La solution de facilité eut été de travailler à partir de poudres de lait, de laits concentrés, de beurre et d’eau, ou moins pire, de trouver une laiterie qui nous livre à l’atelier, un lait prêt à l’emploi, standard, homogène, invariable.

Chez Sikou, depuis toujours, nous avons opté pour des produits laitiers naturels et non transformés : du lait cru et de la crème crue, achetés en direct dans des fermes de Wallonie, réputée par la qualité de son lait.

Le lait et la crème des produits Sikou ne sont donc pas simplement frais, mais également crus. La nuance est de taille. Cela a pour conséquence qu’ils ne sont pas traités comme le sont les laits longue durée que nous connaissons : pas de traitement UHT (Ultra Haute Température), pas de traitement de standardisation et pas d’homogénéisation par micronisation.

Les avantages sont les suivants :

1/ Le traitement UHT visant à obtenir un lait « longue durée » dégrade une majeure partie des nutriments naturels du lait et la totalité des ferments lactiques. Certains nutriments seront du reste ensuite partiellement réintroduits, ce qui vaudra des mentions sur les briques de lait du type « Enrichi en Calcium » « Enrichi en vitamines »…. Or, la question de la longévité du lait ne se pose pas pour la crème glacée, compte tenu que celle-ci est congelée. Chez sikou, l’unique traitement appliqué aux produits laitiers, est un traitement thermique, appliqué dans nos ateliers : la pasteurisation, bien moins dommageable pour les nutriments essentiels naturels.

2/ La standardisation des produits laitiers vise à obtenir un lait ou une crème, dont la quantité de matière grasse est constante. Or, cette quantité est par nature, inconstante, puisqu’elle est tributaire de l’alimentation des vaches, laquelle varie d’autant plus fort dans le bio puisque le bétail paît au champ en été, et se nourrit de fourrage en été.

La standardisation est ce procédé qui consiste à extraire la matière grasse du lait, pour la réintroduire ensuite dans une quantité voulue, invariable, standard. Ainsi peut-on lire un taux de matière grasse constant sur les briques de lait (3,5% de matière grasse de lait pour le lait entier, moitié moins pour le demi-écrémé, …etc). Elle a pour effet, une altération mécanique de la structure des molécules de lait, dont on ignore précisément les implications sur nos organismes, mais il n’est pas absurde de penser qu’il s’agit vraisemblablement là, d’un des facteurs aggravant la digestibilité du lait industriel. Nous pouvons aisément nous en passer et répondre à cette incertitude, par un acte de prudence : pas de standardisation de nos produits laitiers que nous jugeons non nécessaire alors que d'aucuns ont considéré qu’il s’agissait d’une exigence du 'consommateur lambda'.

Nous n'y croyons pas.

Le consommateur admet aisément une variation du goût des fruits et légumes en saison et hors saison, pourquoi ne le comprendrait-il plus pour d’autres produits comme le lait et la crème ? Notre lait et notre crème n’étant pas standardisés, ils reflètent les saisons et l’alimentation des vaches qui le produisent (fourrages en hiver, herbe en été). Chez Sikou, le cycle naturel des saisons trouve échos dans la saveur de nos crèmes glacées. C'est notre choix.

3/Enfin, le lait « longue durée », celui que nous consommons en brique, est homogénéisé. Il s’agit du troisième traitement appliqué par les laiteries. L’homogénéisation consiste à interrompre le phénomène naturel de division du lait cru, en différentes couches lorsqu’il est au repos (matière grasse, petit lait, eau, …). Le lait en brique ne doit ainsi pas être secoué avant sa consommation et reste parfaitement homogène. Cette homogénéisation se fait par un procédé de micronisation, qui consiste à éclater les molécules de lait par leur passage sous pression dans des tamis de plus en plus fins.

Ici en revanche, les suspicions de ce procédé de micronisation comme étant à l’origine des problèmes de digestibilité du lait chez certaines, sont plus avérées. Les produit laitiers des crèmes glacées Sikou ne sont pas homogénéisés, compte tenu que de division il ne saurait y avoir, le produit étant figé par le simple fait de sa congélation. .

En conclusion, les produits laitiers, d'une intéressante complexité à l'origine, sont abimés et voient leur structure moléculaire modifiée par ces divers traitements thermique et mécaniques.

Reste que le « lait » fait l’objet de brefs procès, sans qu’aucun discernement en soit plus fait entre lait cru et lait longue durée, alors qu’il s’agit de produits résolument différents, mais regrettablement amalgamé sous un même vocable.

Si le lait « longue durée » ne présente plus qu'un intérêt nutritionnel limité et/ou artificiellement reconstitué et est régulièrement pointé du doigt pour être à l’origine de crampes intestinales et de mauvaises digestions, il est singulier de constater que précisément, les ferments lactiques du lait cru aident à la digestion, ce qui ne manque pas d’ironie et de rendre ce procès d’autant plus absurde tant qu’on ne réintègrera pas dans le débat, cette distinction fondamentale.

Enfin, l'achat du lait cru et de la crème crue en direct à la ferme nous permet de sélectionner nos producteurs pour leurs produits et la qualité de leur travail. Nous connaissons personnellement nos fermiers, nous prenons une bière ensemble, et par voie de conséquence, leur travail a peu de secrets pour nous.

Ceci est d'autant plus important dans la fabrication de crèmes glacées, que le lait et la crème interviennent pour pas moins de 70% dans leur fabrication.

Nous considérons que le contrôle qualité passe davantage par le dialogue entre personnes aimant leur métier, que par des contrôles formels sur des documents et des thermomètres. Si ces contrôles formels sont bien entendu nécessaires, nous les jugeons insuffisants. L’achat en direct à la ferme lève tout doute quant à leur provenance.

De son côté, notre fermier gagne mieux sa vie dans ce circuit court que lorsqu’il vend sa production à des laiteries et il est assuré de la valorisation de son travail. En effet, une partie de la production laitière Bio ne trouve pas toujours les débouchés attendus. Le lait est alors « déclassé » et repasse dans la filière du lait conventionnel, ce qui est assez mal vécu par le fermier et dévalorisant pour son travail.